sophie carlin +

Avide et curieuse de la vie dans ce qu’elle a de vrai et de spontané, Sophie s’intéresse et se questionne sur le mouvement instinctif et immédiat. C’est en ce mouvement de l’instant auquel elle croit, celui-là qui la met en état de danse, d’écoute infime, qui allie le corps à l’esprit. Son parcours diversifié lui permet d’acquérir et d’investir une danse précise, riche et fluide, jouant avec la gravité, le rapport au sol et à l’air. Licenciée en Staps option Danse et titulaire du DE de professeur de danse contemporaine, elle désire vivre et transmettre la danse, en exploiter la richesse et la mettre en scène.

Interprète dans la première pièce chorégraphique de la Cie Malka, Paroles de Sables, Paroles de vent, elle a travaillé avec des chorégraphes de renoms tels Q. Swinningham (P. Bausch) l’assistant en danse théâtre, P. Doussaint, M. Dooge, M.Muller (J. Kylian) dans une comédie musicale. Elle perfectionne l’improvisation avec P. Queneau (C. Forti) et la Cie P. Découflé, avec J. Hamilton et E. Grivet. Elle danse aussi pour la compagnie Accrorap dans le spectacle Pourquoi Pas… Depuis 2004, Sophie Carlin développe un travail créatif et pédagogique au sein de sa propre compagnie.
Depuis 2004, Sophie Carlin développe un travail créatif et pédagogique au sein de sa propre compagnie Nanabsolue (la danse absolue, terme emprunté à Mary Wigman signifiant en 3 mots : improvisation, théâtralité, quotidien).

mélisa noël +

Danseuse contemporaine influencée par la culture Hip hop, la soul music, et le chant … sa formation initiale à l’Ecole de Danse de Clermont-Ferrand se complète d’une formation en Analyse Fonctionnelle du Mouvement Dansé au CND de Pantin en 2006. Elle se nourrit de nombreux stages avec des chorégraphes et intervenants divers : La Zampa, Christine Lenteric, Mathilde Monfreux, Patricia Kuypers, Les Slovaks, David Zambrano… En 2016, elle obtient le Diplôme d’Etat de professeur de danse contemporaine.
Après avoir été chorégraphe et interprète au sein du Collectif Dynamo, Mélisa Noël intègre en 2013 SOON pour y développer ses projets de chorégraphe, chanteuse et performeuse autour du rapport danse/musique et de l’improvisation.

tom guichard +

Issu du Break, il développe une danse métissée autour des techniques et des énergies du break avec une sensibilité et une influence marquée pour la danse contemporaine et le travail de sol. Son parcours commence par le break et l’univers des battles. En 2012, il participe à un projet encadré par la Cie Chriki’Z / Amine Boussa et chorégraphié par Jeanne Azoulay. En 2014, il intègre la formation Rêvolution (Anthony Egéa) pour deux années intensives basées sur le mélange du hip hop et des danses académiques. En parallèle, son parcours professionnel prend un nouveau tournant lors de sa collaboration avec le jeune chorégraphe Nicolas Sannier qui aboutit sur le duo « Le Syndrome de Peter ». En 2016, il fait la rencontre de Milène Duhameau / Cie Daruma pour une reprise de rôle dans la pièce La conférence dansée : Hip-hop(s) or not ? . En 2017, il présente un solo au concours national UPPA qui lui vaut un second prix ; il rejoint la Cie Yann Lheureux sur la création Gravity 0 et la Cie Malka dans la pièce Têtes d’Affiche . Aujourd’hui, il poursuit sa collaboration avec la Cie Chriki’Z autour de deux projets, la création franco- algérienne Rouge Jaune Bleu d’Amine Boussa et le trio De(s) Formés dirigé par Jeanne Azoulay. Egalement impliqué dans la transmission, il anime régulièrement des stages pour débutant et initiés.

cécric guéret +

Danseur originaire de Lyon, Cédric commence la danse dès l’âge de 11 ans. Autodidacte, il va se spécialiser en Hype et Break Dance auprès de la compagnie Saïlance. En 1999, il part en Guadeloupe où il développe un travail de sensibilisation en danse Afro et Traditionnel. Puis en 2003, il rencontre la compagnie Malka avec laquelle il participe au projet franco-brésilien “Malandragem ” chorégraphié par Bouba Landrille Tchouda. Cette expérience va lui permettre d’approcher de nouvelles disciplines comme la capoeira. Il va aussi danser pour l’Opéra de Lyon dans les spectacles ” Les 7 péchés capitaux ” et ” Le vol de Lindbergh ” diffusés en Nouvelle-Zélande, au Québec et en Ecosse. Plus récemment, Cédric Guéret s’ouvre à de nouveaux genres comme la House Dance, la New Style et est très attiré par la danse contemporaine. En 2008, il met son talent au service du spectacle “Marco Polo, le voyage Imaginaire ” chorégraphié par Marie-Claude Pietragalla.Créé à l’occasion des jeux olympiques de Pékin, ce spectacle fera une tournée européenne. Issu de la mouvance hip hop, il est un danseur habile, fluide et puissant dans sa gestuelle.

nicolas majou +

Nicolas rencontre le hip-hop presque par hasard il y a vingt ans. Passionné, il s’essaye à ces disciplines et plus particulièrement au graffiti et à la danse. Très rapidement, il s’y consacre totalement et se professionnalise. Il se forme et collabore de nombreuses années aux côtés des danseurs de différentes compagnies du réseau [Accrorap, Révolution, Käfig, S’poart, Chute libre, Malka, Ego…] pour la plupart devenus aujourd’hui des références et grands noms de cette culture.

De par ces multiples rencontres en France et à l’étranger, il apprend, échange, mixe, expérimente, enrichit et nourrit sa danse. Des fondations de pure B-Boy métissées de capoeira, de techniques de cirque et autres “saltimbanqueries” burlesques, il développe au fil des années un personnage à part entière, sincère et complet. En 2016, il suit la formation de professeur de danse au CND de Pantin à Paris et obtient le diplôme d’état en danse contemporaine.

jean-yves ranaivoson +

Jean-Yves est un jeune danseur malgache membre du collectif Dih’araiky. Bouba Landrille Tchouda l’a rencontré en 2013 à l’occasion du Festival Mitsaka à Toamasina. En compagnie de plusieurs autres danseurs issus de ce collectif, il a notamment participé, en tant qu’interprète, à la création de la pièce ARY IZAHAY ZANY [ Et nous alors… ] présentée lors de l’édition 2014 du Festival Mitsaka et qui viendra en France en 2015, à l’invitation du Théâtre Château Rouge, lors du salon UNITAR accueilli par la Ville d’Annemasse. C’est un danseur engagé, avide d’apprendre et ouvert aux apports nouveaux, techniques et stylistiques. Dans ARY IZAHAY ZANY, il restitue certaines contraintes du quotidien et ses parts de rêves, à travers l’énergie positive de la danse hip hop, avec une puissante volonté de s’unir pour faire ensemble. Bouba a senti, chez ce danseur, une rage, une forme de lutte pour survivre… la danse n’est pas une activité de loisir, elle est l’expression d’une détermination. Exister !

aïda boudrigua +

Elle vit à Marseille et débute son parcours artistique dès l’âge de 12 ans avec Josette Baïz et le Groupe Grenade. Elle va grandir dans cet univers et participer à l’émergence d’une esthétique nouvelle : danse contemporaine, métissage de cultures et techniques de la danse.

En 2007, elle fait la rencontre de Bouba Landrille Tchouda, directeur artistique de la compagnie Malka. Interprète dans plusieurs de ses créations, Regarde-Moi, Meia Lua, un Casse-Noisette, elle intervient également en tant qu’assistante-chorégraphe sur certaines productions de la compagnie comme OCNI [Objets Chorégraphiques Nouvellement Imaginés].

Aïda Boudrigua s’est inventé un langage chorégraphique unique mêlant danse contemporaine, classique, jazz, hip hop et danse orientale.

jim krummenacker +

Danseur hip hop autodidacte notamment au sein du crew Dalton Posse, il suit en 2006 une formation en arts du cirque à l’EACS de Boulogne afin de s’ouvrir à d’autres disciplines. Fidèle interprète de la Cie Propos, Jim travaille avec Denis Plassard depuis Elle semelle de quoi ? (Carmen) en 2001.

Sa collaboration avec Bouba a commencé avec le spectacle La Preuve par l’Autre, pièce pour 6 danseurs et 3 chorégraphes créée en 2014.

sonia delbost henry +

Après un cursus au CNR de Lyon en danse contemporaine, elle entre dans la compagnie d’insertion professionnelle Coline. Sa formation se poursuit à la Folkwang Hochschule d’Essen puis au CCN de Rillieux-la-Pape alors dirigé par Maguy Marin. Par la suite, Sonia est interprète pour la Cie du Nouveau Jour, le metteur en scène Philippe Labaune, la Cie des 7 sœurs / B.Pinon, la Cie Epiderme / N.Hubert et la Cie Propos / D. Plassard.

Depuis 2012, elle danse pour Bouba Landrille Tchouda au sein de la Cie Malka pour les spectacles Un Casse-Noisette et HS 23.

Titulaire du Diplôme d’Etat en danse contemporaine, elle l’assiste sur de nombreux projets artistiques et pédagogiques.

eddy cadiche +

Formé par le groupe Phase T qui a remporté deux titres de champion de France catégorie Bboying et un titre de vice-champion du monde, la compétition fait partie intégrante de son cursus. Par la suite, Eddy s’est ouvert à d’autres styles en intégrant l’Académie Internationale de la Danse. Auprès du chorégraphe Olivier Le François, il a pu mettre ses qualités techniques au service de l’artistique tout en conservant une approche singulière. Ceci lui a valu de travailler avec des compagnies de référence telles que José Montalvo, la cie Käfig, George Momboye, Farid O, Khady Fofana et de pouvoir développer en parallèle des projets plus personnels.

alexandra jezouin +

Classique, jazz, contemporain ou encore hip hop, Alexandra danse depuis son enfance. Riche d’expériences dansées très diverses, elle a côtoyé l’Australian Dance Theater, Accrorap / CCN de La Rochelle, la Cie Ethadam…

En parallèle, elle se nourrit d’influences nouvelles en pratiquant le tai chi, le qi qong ou encore les percussions corporelles.

aurélien collewet "biscuit" +

Originaire de Dunkerque, Aurélien est danseur et membre fondateur des Breakeurs de Bank et du collectif Just’1kiff.

Il travaille sur plusieurs spectacles de John Martinage mais aussi avec Michel Schweizer pour Fauves, la Cie Sophie Carlin, Traffic de styles et la cie “Espace des sens” d’Olivier Lefrançois

jeanne azoulay +

Voyageant du sol au debout, Jeanne Azoulay possède une danse percutante et instinctive, inspirée de différentes esthétiques, un style hip hop hybride et singulier. Autodidacte, son parcours se nourrit des collaborations avec des compagnies très diverses, la Cie Ego d’Eric Mézino pour la pièce Catch Me, les compagnies Cortex et Massala/Fouad Boussouf, la Cie Chriki’z /Amine Boussa, la Cie Daruma/Milène Duhameau… En 2013, elle intègre la compagnie De Fakto/Aurélien Kairo pour la création La Niña de la Casa Azul puis rejoint la Cie les Associés Crew / Bouba Cissé pour un Amerikkan Dream. En 2014, elle est interprète dans L’iniZio/création 2013 d’Amine Boussa avec lequel elle va collaborer sur l’écriture de Septem/création 2015 au sein de la compagnie Chriki’z. La même année, elle entame les premières répétitions de Résistance d’Abdou N’Gom/Cie Stylistik.

michel galmin +

Né en Corée du Sud, il pratique assidument depuis son enfance coréenne de nombreux arts martiaux qui l’amèneront jusqu’au titre de champion de France. Passionné de danse hip hop, il démarre son apprentissage de manière autodidacte avant d’intégrer les compagnies Rêvolution / Anthony Egea en tant que danseur interprète et pédagogue, et Hors Série / Hamid Ben Mahi, Stylistik, Karine Saporta, Massala…

Les nombreuses rencontres qui ponctuent son parcours l’ont amené à s’initier au classique, modern jazz, contemporain.

aline corrêa +

Interprète brésilienne, elle a été formée à l’Ecole Membros à Macaé, dirigée par Paulo Azevedo et Taís Viera puis elle intègrera la compagnie du même nom. Pendant 5 ans elle participera aux créations, laboratoires et ateliers axés sur la notion de hip hop comme corps politique ainsi qu’aux tournées internationales. Elle collabore ensuite avec la compagnie Hibrida pendant 2 ans. Parallèlement, elle réalise différentes résidences de création avec, entre autres, le groupe CENA 11 et la chorégraphe Lía Rodrigues. Elle démarre actuellement sa carrière en tant que chorégraphe avec son solo Resistência dans lequel elle exprime différentes violences faites au corps lors des phases d’apprentissage de la vie.

lia fayollat
chandra grangean