Vies volences opus 3

On est ensemble !

pièce pour 12 danseurs franco-sénégalais non professionnels dans le cadre du temps fort Sénégal en Isère 2021

Un projet participatif

La compagnie Malka inscrit son action à la fois dans une logique de proximité (actions en direction des publics et des territoires) et dans une approche artistique globale à dimension internationale.
Elle poursuit une réflexion en mouvement autour du rapprochement des danses, des langages, des communautés, des hommes, à travers l’énergie de la danse hip hop. Notre danse est une danse pour dire, une danse d’ouverture et de métissage, une danse au-delà des frontières, une danse qui s’est aussi nourrie des courants qui ont traversé les danses du vingtième siècle.
Bouba Landrille Tchouda et sa compagnie ont démontré, par leur implication forte dans bon nombre de projets de sensibilisation, dans et hors contexte scolaire, leur souci constant d’éducation et d’ouverture du public aux pratiques chorégraphiques ainsi que la construction d’un lien entre pratique amateur et professionnelle, que ce soit par des résidences artistiques, des répétitions publiques, des ateliers en milieu scolaire, des stages avec des amateurs… Le chorégraphe développe constamment un travail visant à l’établissement d’un rapport direct entre l’équipe artistique et la population du territoire concerné, en misant avant tout sur la relation interpersonnelle et la rencontre. Porter la danse hip hop auprès des publics et là où elle n’est pas attendue, dans les quartiers, les centres médico-éducatifs pour handicapés, en maisons d’arrêts… est un axe essentiel de la compagnie.
Les questions de l’autre, de soi, de l’identité, de la différence nous bousculent de plus en plus. Ces questions sont au coeur des préoccupations sociales et politiques. L’actualité s’en fait l’écho, qu’elle soit tragique ou porteuse d’espérance et de solidarités nouvelles.
Avec On est ensemble ! troisième et dernier volet du triptyque VIES VIOLENCES, nous poursuivons notre processus expérimental de création dans lequel chaque membre peut s’approprier le propos dont il traite pour en devenir également le producteur, pour s’enrichir mutuellement de nos imaginaires. Au cours de ce processus, des situations de violences vécues ou de confrontation à l’autre (dans sa différence) pourront alimenter la production d’un langage poétique. Destiné en priorité à un public amateur, adolescents et jeunes adultes, les participants sont invités à mobiliser leur corps « poétique », celui qui parle, celui qui s’exprime en dehors de tout acte de violence. Notre ambition vise à stimuler un certain regard, une attitude critique et constructive, mobiliser la créativité des participants et contribuer à leur développement personnel.

 

en partenariat avec les associations Diagn’Art et Kaay Fecc   avec le soutien  l’institut français du Sénégal / le département de l’Isère dans le cadre de l’année culturelle Sénégal – Isère / le théâtre Prémol à Grenoble remerciements La Rampe / La Ponatière – scène d’interêt nationale art et création danse et musique